Return to site

Seek Surf : un réseau pour le développement du surf en Colombie

· Interviews,by Chloé Valls

Rencontre avec Felipe, fondateur de Seek Surf et partenaire de Paddle-paddle en Colombie.

Originaire des collines cafetières de Pereira en Colombie, Felipe passe son adolescence sur les plages du New Jersey où il apprend à surfer. À 23 ans, il revient dans son pays et décide de développer un projet de tourisme lié à cette passion avec son projet “ Seek Surf Colombia ”. Fin connaisseur de la côte colombienne, de ses spots de surf et du secteur touristique dans lequel il travaille maintenant depuis une dizaine d’années, il accompagne Paddle-paddle lors de leurs missions dans le pays.

Un lieu qui a marqué ta relation au surf ?

C’était avant que je me lance dans Seek Surf, à Ladrilleros sur la côte pacifique colombienne. J’allais souvent surfer là-bas. Mes amis du coin m’accueillaient chez eux et me prêtaient leurs planches. C’est hors des sentiers battus, entre la jungle et l’océan. Il faut prendre le bateau pendant une heure pour y arriver. Je me rappelle d’un moment en particulier, je sortais de l’eau après une session, et j’ai eu un sentiment de plénitude. La plage, la lumière, les vagues, mes amis, ce qu’il se passait en moi. À ce moment-là je me suis dit : c’est ça que je veux faire. Ça m’a profondément touché. Ce genre de moment te ramène à tes racines. Avoir eu la chance de surfer tous les jours à cet endroit-là, avec ces gens-là, m’a ouvert les yeux.

C'est quoi Seek Surf ?

C'est un réseau national qui regroupe les idées, les entreprises et les figures locales de la communauté surf colombienne. On est là pour aider les surfeurs, les entreprises locales, qui peuvent utiliser cette plateforme comme un vivier d’informations. Et les touristes, qui voudraient programmer leur surf trip. Nous avons également commencé un blog dans lequel nous mettons en avant différents profils, actualités et représentations du monde du surf colombien. Nous développons aussi notre marque, avec une ligne de vêtement et différents produits fonctionnels pour le surf et la plage. Seek Surf travaille sur une large chaîne de valeur, ce qui est assez culotté. Cela prend du temps pour que le monde s’en saisissent, mais quand nos projets voir finalement le jour, c’est une grande fierté.

Pourquoi as-tu choisi de t’associer à la mission de Paddle Paddle ?

Parce que c’était l’occasion rêvée, c’était la vocation de Seek Surf. Quand nous avons été informés par la Sierra Artist Residency qu’il y avait une association française qui allait livrer des planches de surf et qu’il y avait un projet éducatif et artistique à monter, nous avons répondu : « Ok, qu’est-ce que nous devons faire ? » Quand nous avons été contactés pour le projet de Paddle-paddle, nous nous sommes dit que c’était exactement ce pour quoi nous avions monté Seek Surf.

Pour les enfants le surf et l’océan jouent le rôle d’une cour de récrée. Mais nombre d’entre eux ne peuvent pas s’offrir de planches de surf. Etre dans l’eau leur permet de s’exprimer physiquement et psychologiquement, et d’être sensibles à l’environnement. Être au contact des autres surfeurs, des communautés et des touristes change la donne pour eux. Ca ouvre le champs des possibles dans une région où les opportunités sont restreintes. Costeno Social, qui mène un projet éducatif dans la région, a également rendu la mission possible. On nous a donné la liberté d’identifier les jeunes, d’organiser la livraison des planches, d’être un appui logistique.

Aurélie Andres, une artiste de la Sierra Artist Residency, travaillait avec des posca. Nous nous sommes dit “ Des planches et des posca ?! Il faut qu’on décore les planches avec les jeunes ! Nous observons que la plupart des jeunes qui ont pris part au projet s’ouvrent petit à petit à des idées nouvelles. Ce sont les grains de sables laissés par le surf. Ils veulent apprendre l’anglais et faire de la photo et de la vidéo, ce que leur permet Costeno Social; et sont conscients des défis écologiques. Nous sommes reconnaissants d’avoir pu contribuer à cela.

Le surf en Colombie, ça en est où ?

La situation a beaucoup évolué ces dix dernières années. Il y a toujours eu des surfeurs et des marques de surf, mais c’était une scène underground. À l’époque quand j’allais sur Facebook, il n’y avait pas grand-chose sur le surf en Colombie. Depuis, la communauté s’est développée. Il y a dix ans la Colombie n’était pas connue pour le surf, et maintenant nous avons un champion du monde et plusieurs surfeurs qui se font repérer. Cela a permis à de nombreux surfeurs de croire en l’expansion de l’industrie et en leurs projets. Officiellement, une fédération nationale, des surfs clubs et des ligues ont été crées. Il me semble que l’industrie a deux branches : l’une est officielle et l’autre est indépendante.

Seek Surf se situe entre les deux. Nous essayons de les lier et de montrer ces deux côtés de la réalité. De manière générale, il n’y a pas trop de monde sur les spots. Il n’est pas difficile d’accéder au pic et d’avoir des vagues. Pour la plupart, nous nous connaissons et il y a toujours une bonne ambiance. La côte Pacifique est très différente de la côte caraïbe, moins urbanisée, beaucoup plus sauvage. Au milieu de nulle part, avec des vagues puissantes. Là-bas, si tu fais une erreur, tu paies le prix fort. Les locaux sont habitués aux conditions difficiles. La côte caraïbe et les îles sont différentes. Il y a de plus en plus d’influence de l’extérieur, le tourisme s’amplifie et l’accès aux plages est facilité. Toutefois, que l’on soit d’un côté ou de l’autre de la côte, la variété des spots permet aux débutants comme aux surfeurs confirmés de s’amuser.

Comment développe-t-on une communauté de surfeurs ?

Il y a différentes manières de le faire. En Colombie, chaque surfeur est affilié à son spot et cela constitue sa communauté. Il y a une nécessité sous-jacente de connecter tout le monde et c’est ce qu’on essaie de faire avec Seek Surf. Nous ne voulons pas parler pour la communauté surf colombienne, mais lui donner une voix. Sans savoir comment monter un site internet et avec des moyens restreints, nous avons réussi à le faire grâce à une équipe très motivée. Sur le long terme, nous aimerions coordonner plus de rencontres et d’événements, pour connecter plus de personnes, d’idées et de marques.

J’aimerais saluer et dire un grand merci à tous ceux qui ont aidé le développement du projet. Les partenaires originaux de Seek Surf, ceux qui nous ont rejoints en chemin et tous ceux qui ont participé à construire la marque, les designers, nos amis et leur feedback, et les surfeurs qui ont fait passer le mot ! Sans eux, on ne serait pas là… Et ce n’est que le début.

Merci Felipe d’avoir répondu à nos questions.
Retrouvez Seek Surf sur Instagram, sur leur site internet ou directement dans la jungle autour de Santa Marta (venez nous voir pour les indices).

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly